Histoire du club

Tout a commencé le 25 février 1924, avec le Président fondateur René (...)

Depuis, le Rotary Club de Nice a évolué. Découvrez notre histoire.   Lire

Vie du club

Nos réunions statutaires :

Dîner du Rotary Club de Nice ce 14 novembre 2017, avec la présence de (...)   Lire

Actions du club

Les actions du Rotary Club de Nice.

Le 5 novembre 2017 2017 a eu lieu le 21ème tournoi de Golf du Rotary (...)   Lire

Accueil du site > Vie du club > Sortie avec le "Train des Pignes"

Sortie avec le "Train des Pignes"

Sortie avec le "Train des Pignes"

Photos et résumé de la sortie

Le résumé de cette journée à découvrir dans la semaine.






Le Rotary club de Nice ce samedi 7 mai 2011 a participé en grand nombre à la très sympathique et instructive sortie organisée par Raoul Revelli à Entrevaux.

JPEG - 189 ko

Le trajet de Nice à Entrevaux s’est fait en train dans le fameux "Train des Pignes", en utilisant le nouvel autorail. L’intérieur est particulièrement élégant et confortable, comme l’a fait remarquer Patrick Couraudon, que nous remercions pour ses affiches.
Nous avons apprécié la situation haut perché du train par rapport à la voie, qui a permis de profiter au maximum du paysage et de la vue plongeante dans les vallées et les gorges qui jalonnent le parcours. Ce nouvel autorail n’a pas détrôné pour autant les anciens modèles, qui restent en service.

JPEG - 177.9 ko

Nous avons appris que le train des pignes à vapeur historique avait été remis en état et parfois en circulation et que cette ligne de chemin de fer qui relie Nice à Dignes va fêter son centenaire (6 août 1911).
Pour ceux qui n’auraient pas écouté Joël Giacchero, nous rappelons les quelques versions qui reviennent le plus souvent concernant son appellation : pour les uns, le nom viendrait de la suie qui recouvrait les locomotives et les faisait ressembler au fond des marmites italiennes, les Pignates ; pour les autres, il viendrait des Pignes, que les citadins ramenaient, la vitesse du train était si faible qu’elle permettait aux voyageurs de descendre sur les bas-côtés pour ramasser des pignes. recouvrait les locomotives et les faisait ressembler au fond des marmites italiennes, les Pignates ; pour les autres, il viendrait des pignes, que les citadins ramenaient, la vitesse du train était si faible qu’elle permettait aux voyageurs de descendre sur les bas-côtés pour ramasser des pignes. Enfin, certains disent que ce nom viendrait d’un miracle la nuit de Noël, où une garde-barrière restée seule avec son enfant malade s’était trouvée à court de bois de chauffage. L’équipe de cheminots d’un train de nuit fit halte pour lui offrir du charbon. Lorsque la locomotive vint elle-même à manquer de combustible, les pommes de pins des arbres bordant la voie tombèrent directement dans le tender de la machine qui put ainsi continuer son cheminement…
Nous avons été accueillis à Entrevaux, après un peu plus d’une heure de trajet, par Mademoiselle Marie Tapiau, guide historique assermentée,

JPEG - 192.5 ko

qui nous a fait découvrir la ville en nous rappelant quelques éléments d’histoire. Magnifique, Entrevaux est située le long du Var dans les Alpes de Haute Provence (04). Elle est dominée par une imposante forteresse. L’accès se fait par la porte d’entrée royale et son imposant pont levis. Nous avons flâné le long des rues sous la houlette de notre guide qui nous a parlé de Glanate, de Sedz, qui préfigureront la ville d’Entrevaux qui se développera sur la rive gauche du Var. Sa situation entre les vallées lui vaudra son nom. Un des faits historiques les plus marquants se situe durant la Renaissance, où Charles Quint qui convoite la Provence s’empare d’Entrevaux. Les historiens rapportent un étonnant épisode au cours duquel un courageux barbier trancha la gorge du Gouverneur espagnol dans les murs de la ville. Donnant le signal de lever les ponts-levis, ce fait déclencha le massacre de l’occupant. Reconnaissants, le Dauphin et le Roi déclarèrent par la charte d’Avignon, Entrevaux Ville Royale du Royaume de France,

JPEG - 157.7 ko

dépendant directement du roi et exemptée de toutes tailles, emprunts, services et devoirs. C’est sous le règne de Louis XIV que fut décidé de bloquer les grands cols alpins dont Entrevaux. La tâche fut confiée à Vauban qui, même s’il n’y vint jamais, délégua et conseilla Niquet, ingénieur des fortifications de Provence, qui fit renforcer les portes et éleva un "ouvrage à corne" à la porte d’Italie (visible derrière la cathédrale). Nous sommes passés devant la porte de France et l’ancien hôpital. Nous avons visité la cathédrale, aujourd’hui église paroissiale qui abrite un grand tableau de l’Assomption de la Vierge, peint par François Mimaut vers 1647, et un orgue fabriqué par Jean Eustache en 1717. Elle possède encore cinquante stalles du XVIIe siècle. L’histoire de la relique de Saint Jean Baptiste nous a été comptée et la procession vers Saint-Jean-du-Désert. La visite s’est poursuivie après celle du four à pain en direction du lavoir avec celle du moulin à huile et du moulin à farine, près de la gare et celle d’un original musée de la moto.
Nous avons ensuite été accueillis chaleureusement à la ferme les Vergers d’Entrevaux par Madame Isabelle Mermet et après un apéritif (remarqué par la pissaladière exceptionnelle et les toasts au pistou…), nous avons pu apprécier un menu uniquement avec les produits de la ferme : jambon cru et crudités, agneau grillé au feu de bois

JPEG - 155.2 ko

avec ses pommes de terre rissolées, fromage de la ferme et tarte aux fraises. Entre le fromage et le dessert, Raoul Revelli

JPEG - 70.3 ko

nous a présenté son film «  Un train pour Peyresq », où était relatée la construction de passerelles sur le chemin de randonnées Halte de Peyresq au Village de Peyresq (540 mètres de dénivelé).
Nous avons eu également avant la visite de la boutique de la ferme un exposé sur l’avenir de l’alimentation bio (fruits, légumes, cheptel de label bio). Cette visite a été l’occasion de faire de nombreuses emplettes.
Même si la marche ne fut pas très longue, nous avions tous revêtus le T-shirt Polioplus, que nous ont distribué les plus jeunes membres du club aidés de leurs enfants. Nous avons ensuite fait quelques pas, parce que nous avons du coeur et réalisé une bien sympathique photographie du groupe.
Après tous ces bons moments, nous avons regagné Nice, les uns en bus, les autres en train. Ceux qui ont pris le bus ont pu profiter de Joël, toujours en forme, qui nous a remémoré qu’Entrevaux est bien dans le 04, sa forteresse remarquable, la Secca d’Entrevaux viande de boeuf séchée réputée, l’huile d’olive source importante et sûre de revenus et les alluvions du Var qui ont favorisé l’implantation de vergers, donnant à Entrevaux des fruits exceptionnels. Il n’a pas omis de nous narrer les résidences d’été et d’hiver des Evêques, la flore et la géologie de cette merveilleuse vallée du Var... Bravo et merci pour cette conférence improvisée. Nous terminons ce compte-rendu en remerciant très chaleureusement Raoul Revelli, qui non seulement a tout parfaitement organisé, mais de plus a pris en charge les billets de train pour cette superbe sortie.

Texte de Gérard ORST
BULLETIN N° 46
Spécial Train des Pignes

Portfolio

Dîner du 9 janvier
Dîner à 20 heures précédé d’un comité directeur à 18 heures 30.

Lire la suite

Contactez le site du Rotary club de Nice. Vous (...)